Projet

Accompagnement des jeunes de 15 à 25 ans à la prise en main de leur projet de vie.

Quatre jeunes en situation de handicap encadrent aujourd’hui la réflexion de ce projet. Ils sont décideurs des pistes suivies, ils seront acteurs de la mise en place de partenariats, formateurs des intervenants sur le projet, sur leurs handicaps, leurs difficultés, leurs besoins.

Accompagnement

Accompagnement au sein de l’association Les Didascalies – Escale des Mô :

Accompagnement

Accompagnement à la prise d’autonomie dans la vie sociale et dans les activités en extérieur avec l’appui de Culture du Cœur 31: sports, sorties culturelles et loisirs, travail sur la gestion du regard des autres dans ce type de circonstances.

– Médiation animale (Chien, chat).

– Ateliers sur la vie amoureuse (connaissance et respect de son corps, respect de son intégrité, connaissance et perception du sentiment amoureux).

– Accompagnement à la prise en main de son parcours professionnalisant : coaching scolaire / découverte des filières, de leurs programmes / les journées portes-ouvertes, les inscriptions, les passerelles, les adaptations liées au handicap, le montage des dossiers d’inscription, d’adaptation / le fonctionnement de la mdph et les aides existantes.

– Accompagnement à l’entrée dans la vie professionnelle : Cap emploi, mission locale / contrat de travail, salaire, mutuelles / démarche de recherche d’emploi et autres / aides mdph adultes.

– Accompagnement à la prise d’autonomie administrative : banque / assurance / CPAM, mutuelles / les différentes formes de Tutelles (pour les +18 ans).

Accompagnement autisme

– Accompagnement à la prise d’autonomie dans l’organisation des prises en charge médicales et paramédicales : transport, gestion des rendez-vous, gestion des documents, des dossiers.

– Accompagnement à la mise en place de partenariats avec des auto-écoles facilitant le passage du permis de conduire : recherche de partenariats possibles / accompagnements aux échanges lors des rencontres (connaissance du moniteur) / compréhension du trouble anxieux et acceptation des contraintes inhérentes / conduite accompagnée ? / boite automatique ?

– Réflexion sur l’aide à la personne ou services à la personne : partenariat ? / formation des aidants : peu de discussion, aucun ressenti de jugement sur la fatigabilité, les tocs…, droit à l’instinct immédiat, au ressenti d’incompatibilité lors de la première rencontre…

pédagogie Freinet à Toulouse

Projet Adom Easy’L :

  • accompagner la personne dans la réalisation de son projet de vie,
  • anticiper et faciliter la vie à domicile
  • favoriser l’autonomie des personnes en situation de handicap en rapprochant l’offre de logements à la demande et aux besoins

Ateliers sur l’acquisition d’un logement (jeunes, parents, aidants)

Accompagnement à l’acquisition d’un logement : sécurité, activités du quartier, transport en commun, connexion internet, calme / Temps de formation de l’accompagnant par les jeunes.

Accompagnement par Equim’Aide : Médiation équine

  • Etoffer les connaissances théoriques individuelles en matière d’autonomie, d’indépendance, d’interdépendance et de liberté ;
  • Identifier les sources d’angoisse extérieures ;
  • Apprendre à identifier et à solliciter les ressources individuelles et collectives ;
  • Apprendre à identifier ses propres émotions et le contexte de leur émergence ;
  • Apprendre à apprivoiser ses propres émotions ;
  • Associer comportements sociaux et émotions individuelles ;
  • Apprendre à prendre position.
Partenariat

Actiphypsy

Activités proposées par Actiphypsy :

Mise en oeuvre d’un projet inclusif, pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes en situation de handicap psychique, l’amélioration de leur estime de soi et de leurs capacités de socialisation.

– Ateliers sport adapté,

– Accompagnement dans la mise en place d’une activité sportive en club,

– Travail sur la gestion du regard des autres dans ce type de circonstances.

Leurs ressentis seront primordiaux dans les évaluations de chaque étape, et nous permettront de réadapter si besoin les étapes suivantes.

Certains de nos jeunes quittent la structure chaque année, prêts à être autonomes, pour leur formation ou leur insertion professionnelle, et d’autres arrivent et prendront la relève du projet.

Le premier objectif est de faire connaître et reconnaître ces handicaps en tant que tel. Il est primordial que tous reconnaissent la phobie, les TSA même de haut niveau, les troubles anxieux…. comme de véritables handicaps, empêchant les personnes atteintes de vivre normalement.

Le deuxième objectif, est que les incapacités liées à ces handicaps soient comprises et acceptées. Il est important que l’image de ces incapacités soit comprise de tous et des aidants, afin qu’une véritable aide puisse être mise en place sur la base d’une relation saine de confiance mutuelle.

La compréhension de ces handicaps passe aussi par l’acceptation des fluctuations possibles de ce que peuvent ou non faire les personnes handicapées, d’un jour à l’autre, en raison de la fatigabilité, des angoisses du jour….

Un certain nombre d’aides sont proposées dans le secteur du handicap, qui apportent des solutions assez communes et semblables pour l’ensemble des personnes aidées et qui pour les jeunes que nous suivons sur la structure ne correspondent pas à leurs besoins.

Il leur est en permanence demandé de s’adapter. Très souvent, ils se privent alors de l’aide. Il faut les écouter et accepter leurs impossibilités comme une réalité et non un ressenti modifiable. Une personne en fauteuil roulant ne peut pas monter des escaliers, il est possible qu’une personne avec un handicap invisible ne le puisse pas non plus. Ils ne souhaitent pas qu’on les aide à réussir à monter, ce qui leur enlèverait toute l’énergie dont ils ont besoin pour vivre par exemple une relation sociale, ils ont besoin d’un ascenseur, pour conserver leur énergie pour vivre. Les impossibilités ne se voient pas dans le handicap invisible, il faut donc apprendre à les écouter réellement, et à les accepter telles quelles, sans tenter aucune influence. Ceci permettrait à ces jeunes perdus dans leurs capacités, (entre ce qu’ils ressentent, ce qu’on leur dit qu’ils devraient ressentir, et la recherche de la normalité et de l’appartenance au groupe), ceci permettrait à ces jeunes d’exister en tant qu’individu décisionnaire de ses possibles.

Accompagnement